Groupe de la Majorité Départementale - Droite, Centre et Indépendants

Tribune septembre 2019

Le Département, une collectivité de proximité engagée aux côtés des territoires

Alors que s’approche le renouvellement des exécutifs locaux, en 2020 pour les communes, en 2021 pour le Département et la Région, les réformes territoriales voulues par le Gouvernement ne sont pas encore finalisées.

Ainsi, la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des Français, qui touche principalement les communes, n’est toujours pas financée. Il s’agissait, selon le Président de la République, de supprimer « un impôt injuste socialement ». Force est de constater que près de trois ans après cette promesse de campagne, l’impôt « juste » destiné à la remplacer n’a toujours pas été trouvé…

Il est à craindre que, faute de créer un nouvel impôt pour remplacer l’ancien, l’exécutif ne déshabille Pierre pour habiller Paul, en transférant aux uns les ressources des autres, dans un gigantesque mécano fiscal.

Face à une telle incertitude, les collectivités du quotidien que sont le Département et les communes sont amenés à engager une réflexion d’ensemble sur leurs moyens et sur la notion de service public, à laquelle nous sommes particulièrement attachés.

Nous sommes également à l’heure de la mutualisation, du partage des charges et de la recherche des économies d’échelles. Nous y travaillons avec les communes et intercommunalités, mais aussi avec les départements voisins, comme le Maine-et-Loire et la Mayenne.

Notre rôle est de construire ensemble le futur de nos territoires. Le Département joue un rôle de facilitateur dans le cadre de coopérations volontaires avec les communes. Car elles sont les premières garantes de la proximité demandée par les Sarthois.

Dans notre Département, au regard du nombre de prises « fibre » déployées dans tous les territoires, des récentes inaugurations de collèges ou des multiples projets routiers et d’aménagement menés avec nos partenaires, ce travail est en bonne voie.

De plus, nos aides financières sont nombreuses et diversifiées, malgré les ajustements budgétaires douloureux auxquels la loi NOTRe imposée par François Hollande nous a contraints en début de mandat. En Sarthe, le niveau d’intervention du Département s’est maintenu à un niveau non négligeable, alors que beaucoup d’autres ont supprimé toute aide aux communes. Ainsi, ce sont plus de 14 millions d’euros par an que le Département investit en direction des communes et intercommunalités.

Le Département propose également l’intervention de filiales aux compétences reconnues dans tous les domaines de l’aménagement et du développement territorial (ATESART, CAUE, SartheHabitat, Sarthe Tourisme) et  développe des services qu’il propose aux communes.

Enfin, l’actualité sociale de ces derniers mois en Sarthe nous a fait prendre conscience de la nécessité de refaire du Conseil départemental un acteur du développement économique, même si cette compétence nous a été formellement retirée. En effet, seul le Département possède un maillage local assez étroit pour donner l’alerte ou saisir des opportunités et une structure susceptible d’accompagner les entreprises auprès des pouvoirs publics.

Collectivité des territoires, collectivité du quotidien, le Département est plus que jamais au service des Sarthoises et des Sarthois.

Les propos contenus dans les articles d’expression des groupes d’élus n’engagent pas la responsabilité du directeur de publication.