Majorité départementale / Ensemble pour la Sarthe - Droite, centre et société civile

Tribune décembre 2021 - janvier 2022

Désertification médicale : en Sarthe, il y a urgence !

La santé est une compétence essentielle de l’État qui doit assurer l’égalité des soins sur tout le territoire ! Pourtant plus d’un Sarthois sur dix n’a pas de médecin traitant. Pas une semaine ne passe, sans que l’on ne soit alerté par un problème de continuité et de permanence des soins. Les annonces des fermetures temporaires des services d’urgences des hôpitaux de proximité de Montval-sur-Loir, Mamers, Saint-Calais ou encore du Bailleul, se succèdent. Les lits ferment, faute d’infirmières. 

Le « plan blanc » a été activé en psychiatrie. Des accouchements et des chirurgies sont reportées. Au Mans, les urgences de l’hôpital ont battu leur record de fréquentation en novembre dernier, avec « 229 passages en 24h, contre 166 en moyenne avant la crise Covid. » pouvait-on lire dans le journal « Le Monde ». Selon l’Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire, il manque 50 % des effectifs de médecins urgentistes dans le département, soit 40 postes. Selon l’Association de citoyens contre les déserts médicaux « La Sarthe est le 6ème département le plus mal doté en nombre de médecins généralistes. » 

Les Sarthoises et les Sarthois subissent les conséquences directes de cette situation ! Les patients sont pris en charge moins rapidement, contraints parfois de faire des heures de route pour trouver un service ouvert. En tant qu’élus locaux, nous sommes régulièrement alertés par les personnels de santé épuisés par leurs conditions de travail de moins en moins favorables, impactant indéniablement la qualité de la prise en charge des patients. Certains départements littoraux et certaines grosses agglomérations sont moins touchés par ce manque de professionnels de santé… Même si on a pu constater, ces dernières années, que le phénomène de disparition du « médecin de campagne » tend à gagner les faubourgs des villes ! Dans l’agglomération du Mans, 22 000 personnes n’ont pas de médecins traitants. 

Les conditions d’exercice de la médecine actuelle ne faisant pas la promotion de ces métiers, pourtant essentiels, comment répondre à la question du recrutement de futurs professionnels de santé ?

Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, a annoncé à l’occasion de son bref passage en Sarthe, les investissements prévus dans le « Ségur de l’investissement ». D’abord, le soutien à l’institut sarthois de cancérologie au Mans, pour un coût total de 81 M€ avec une aide de 20 M€ (déjà annoncée de longue date par l’ARS), ainsi que 85 M€ pour le projet de regroupement des plateaux techniques du Centre hospitalier du Mans. Cependant, rien n’a été annoncé concernant une éventuelle hausse des effectifs, améliorant les conditions de travail des soignants. Aucune assurance, donc, que cet argent contribue réellement à attirer des professionnels de santé dans notre département. 

Car notre rôle d’élus locaux, c’est de répondre aux attentes de la population. Les Sarthoises et les Sarthois veulent être soignés correctement ! Aides à l’installation, aux internes, au déploiement de la télémédecine et à l’innovation médicale… Conscients du caractère prioritaire que revêt la santé aux yeux de tous, notre Majorité départementale en a fait un enjeu stratégique pour ce nouveau mandat. Nous avions annoncé la création d’un centre de santé départemental pour les personnes sans médecins traitants. Ouvert en octobre dernier, il ne désemplit pas. Nous pouvons apporter des réponses concrètes, ouvrir de nouvelles maisons de santé, avoir des hôpitaux toujours plus attractifs, encore faut-il que l’État créé les places nécessaires dans les universités de médecine ! La suppression du numerus clausus ne suffira pas.

Les propos contenus dans les articles d’expression des groupes d’élus n’engagent pas la responsabilité du directeur de publication.

Les élus du groupe

Dominique LE MÈNER
Véronique RIVRON
Frédéric BEAUCHEF
Véronique CANTIN
Régis VALLIENNE
Marie-Thérèse LEROUX
Anthony TRIFAUT
Fabienne LABRETTE-MÉNAGER
Emmanuel FRANCO
Martine CRNKOVIC
François BOUSSARD
Marie-Pierre BROSSET
Daniel CHEVALIER
Isabelle BERTHE
Samuel CHEVALLIER
Galiène COHU
Delphine DELAHAYE
Patrick DESMAZIÈRES
Gérard GALPIN
Jean-Carles GRELIER
Hélène LE CONTE
Brigitte LECOR
Françoise LELONG
Thierry LEMONNIER
Joël MÉTENIER
Monique NICOLAS-LIBERGE
Catherine PAINEAU
Olivier SASSO