Une nouvelle saison à l'Abbaye Royale de l'Épau

Se ressourcer, se divertir, se cultiver ou simplement profiter de son cadre exceptionnel, l'Abbaye Royale de l'Épau a beaucoup à offrir à ses visiteurs désireux de nature, de culture et de patrimoine ! Cet été, faites une pause à l'Épau...

Une exposition inédite consacrée aux 230 ans du Département, un parcours photographique à ciel ouvert renouvelé, un jardin permacole foisonnant, l'édifice cistercien propose une offre culturelle complète, dans le respect de son histoire et de son environnement. Venez découvrir les nouveautés de cet été 2020 !

Des expositions photos à retrouver dans le parc

Dans un cadre verdoyant de 13 hectares, le parc de l’abbaye cistercienne accueille les œuvres de 5 artistes, jusqu’au 1er novembre 2020. Sur l’allée des platanes, les visiteurs ont tout d’abord rendez-vous avec les créations de Nyani Quarmyne, un photographe sans frontières, né en Inde d’un père ghanéen et d’une mère philippine, et qui a voyagé dans le monde entier. « We were once three miles from the sea » (« Nous étions à 5 km de la mer ») raconte l’histoire d’un village ghanéen confronté à la montée des eaux.

Dans les cabanes, le Suédois Erik Johansson, déjà exposé sur l’écluse de Solesmes/Juigné-sur-Sarthe en 2019, présente « Imagine », une série d’images surréalistes, entre rêve et réalité. L’arbre à photos sert, quant à lui, de perchoir pour les chouettes effraies sublimées par Emmanuel Sauvaitre.

La vallée de l’Omo, en Éthiopie, a inspiré bien des photographes. Pendant 6 ans, l’Italien Fausto Podavini a suivi ses habitants dans les gigantesques chamboulements provoqués par la construction d’un barrage hydroélectrique. « Omo change » est à retrouver dans la prairie Est. Plusieurs milliers de kilomètres plus au nord, le Groenland offre des paysages bien différents de ceux de l’Éthiopie. Observés à travers le hublot d’un bateau, ses icebergs ont dérivé devant l’objectif du Français Bruno Lasnier. Ces clichés sont exposés sur le mur du cloître.

Le Département fête ses 230 ans !

Par la mise en valeur de fabuleux documents originaux conservés aux Archives départementales, pour la plupart inédits, provenant des fonds de l’État, du Conseil général et des services du Département, les Sarthois auront accès à une mine de trésors et d’histoires sur leur département. 

À l’école du regard : La photographie au collège continue !

Le Département coordonne une action d'éducation artistique et culturelle à destination des collégiens sarthois par le biais de la photographie. Depuis quatre ans, treize collèges sarthois ont pu bénéficier de l’accompagnement d’un photographe pendant plusieurs mois.

Cette année, 4 établissements ont participé au dispositif : 

  • le collège Costa Gavras au Mans accompagné par le photographe Alain SZCZUCZYNSKI, 
  • le collège Jean Cocteau à Coulaines avec Kateryna LEBRETON,
  • le collège Wilbur Wright à Champagné avec Georges PACHECO,
  • le Collège Notre Dame à La Ferté-Bernard avec Pascal DROUARD.

Les travaux réalisés pendant ces résidences seront à découvrir dès que possible, leur aboutissement ayant été retardé par la crise sanitaire.

La saison photo « hors les murs » : ça continue !

Focus estival sur les écluses sarthoises : du 11 juillet au 20 septembre 2020

Les écluses sarthoises s’animent et se transforment en lieu d’accueil et d’informations culturelles et touristiques.

  • Écluse de Roëzé-sur-Sarthe : "Abeilles Sauvages" de Philippe BOYER
  • Écluse de Solesmes : "Hey Pilgrim, why are walking?" de Frederick CARNET

Enfin, les 24 Heures du Mans s’inviteront une nouvelle fois en Gare SNCF du Mans et sur les grilles de l’Hôtel du Département à partir du 12 septembre 2020.

JARDINS PERMACOLES

Le Département de la Sarthe a l’ambition de redonner sa mission vivrière au site, en transformant le vaste parc enclos de murs et en restaurant ses jardins. Afin de bien l’ancrer dans le XXIème siècle, le jardin est développé selon le système permaculturel, qui respecte et utilise les écosystèmes naturels, et permet de développer une culture intensive sans éléments artificiels et extérieurs.

La transformation du parc en jardin permaculturel est la pierre angulaire du développement culturel et touristique de l’Abbaye. Amorcé il y a deux ans, en mars 2017 le projet progresse au fil des saisons, avec notamment la création d’un verger conservatoire, suivi de deux jardins permaculturels. Fin 2019, des fouilles archéologiques préventives ont autorisé la fondation d’une mare, venant abreuver, par capillarité un nouveau projet : la reproduction de la rosace du chevet de l’église.

VENDREDI 17,31 JUILLET ET 14 AOÛT
Visite commentée du jardin permacole et dégustation avec Clara Feldmanstern, cheffe de culture
> 20h et 21h (sur inscription)
Offre proposée dans le cadre des visites nocturnes.