Vincent Capillaire : « Cette course va faire du bien aux fans ! »

Engagé en LM P2, dans l’écurie SO24 – Has by Graff, le Sarthois Vincent Capillaire est bien décidé à fièrement représenter la Sarthe, même sans public au bord de la piste.
Vincent Capillaire

Vincent, comment appréhendez-vous ces 24 Heures pas comme les autres ?

On a eu un petit avant-goût avec le championnat d’Europe qui s’est déroulé à huis clos. C’était un peu triste, on était dans notre bulle. Les tribunes vides, c’est très particulier. Mais si on regarde plus loin, que les 24 Heures se tiennent, même à huis clos, ça va faire du bien à tous les amateurs de sport ! On va faire un gros effort sur le web et les réseaux sociaux pour leur faire vivre la course comme s’ils étaient au Circuit.

Comment se passe la préparation de vos 6èmes 24 Heures ?

Très bien, on a coché toutes les cases de la préparation ! C’est la même écurie, la même voiture. Mes coéquipiers, James Allen et Charles Milesi, sont nouveaux mais je les connais déjà grâce aux European Le Mans Series (ELMS). Charles, c’est un petit nouveau et une bonne surprise ! J’essaie de lui transmettre au maximum mon expérience du Mans. On a travaillé chaque virage, chaque vibreur. Le Mans, c’est une course qui se prépare même si les essais sont plus compactés qu’à l’habitude. Avec également 3 heures de nuit en plus.

Cela rend-t-il la course plus compliquée ?

Plus de nuit, ça veut dire potentiellement des températures plus fraîches, ce qui aura un effet sur les pneumatiques. En termes de pilotage, on est sollicité nerveusement, ce n’est pas négligeable même si j’aime bien la nuit ! Il faut être vigilant, avoir les phares bien réglés et les yeux bien ouverts !

Quelles sont vos ambitions, votre stratégie ?

Il faut essayer de trouver des points positifs. La parade, les dédicaces n’ayant pas lieu, on va dépenser moins d’énergie sur des événements hors course. Notre objectif premier, c’est de faire la meilleure préparation possible ; après, c’est Le Mans qui choisit ses vainqueurs ! Il faudra bien gérer le trafic, avec les nombreuses GT et les 41 « rookies » (pilotes dont c’est la 1ère participation) en cherchant toujours le bon compromis entre la prise de risques et la perte de temps. La course automobile, c’est un sport de compromis ! 

En tant que Sarthois, comment vivez-vous cette édition particulière ?

Il manquera quelque chose. On a habituellement les opérations avec le Conseil départemental, au cours desquelles on montre la voiture aux Sarthois, un peu partout sur le territoire, sur les marchés. Cette ferveur et ce partage vont nous manquer.

C’est plus difficile d’être ambassadeur de son département quand il n’y a pas de public ?

Je ne cours pas seul. Sans les partenaires, dont le Département, cela aurait été vraiment différent et beaucoup moins bon. Je suis fier de la Sarthe, j’y vis. Je me considère comme « un tuyau connecté » entre ce qu’on vit sur le Circuit et les Sarthois. Je veux partager au maximum. Porter les valeurs de la Sarthe, même à huis clos, ça reste possible !

Vincent Capillaire en bref

LA SO24 - HAS BY GRAFF DE V. CAPILLAIRE