Saison photographique 2021

La photographie occupe une part importante de la programmation culturelle proposée par le Département, notamment au sein de l'Abbaye Royale de l'Épau. Elle se développe aussi hors les murs de l'abbaye, trouvant sa place en plein coeur du centre-ville du Mans, à l'Hôtel du Département, mais aussi sur les écluses de Solesmes, Roëzé-sur-Sarthe et des Planches au Mans.
Saison photo 2020 biennale

L’Abbaye Royale de l’Épau, l'épicentre de la Saison Photo

Réunissant une complémentarité de regards sur la photographie, l'Abbaye Royale de l'Épau est l'épicentre de la saison photographique, faisant dialoguer le monument avec son environnement et sublimant son architecture.

Parcours photographique à ciel ouvert - Jusqu'au 31 octobre 2021

FLORIANE DE LASSÉE - « Mamas Benz »Des portraits de femmes dont les visages se fondent dans des trames de wax originales. Avec le projet Mamas Benz, Floriane de Lassée nous propose un regard à la fois graphique et humain sur des femmes, de tous les âges, dont l’histoire personnelle et professionnelle est intimement liée à l’Afrique. Une Afrique féminine, contemporaine et lumineuse.

ROBERT DOISNEAU - « Écouter la rue »
Toute sa vie, Robert Doisneau a photographié la musique, toutes les musiques, et a toujours montré la même attirance pour la nouveauté, la création. Des années 1940 aux années 1990, la carrière de Robert Doisneau a été ponctuée de  rencontres musicales, toutes inspirantes pour son œil d’artiste. En ethnographe de son époque, Robert Doisneau eut la curiosité d’aller partout. Les photographies présentées ici vous invitent à découvrir l’univers musical de Robert Doisneau au-delà des stéréotypes emprunts de nostalgie que l’on attache trop souvent à son œuvre.

SANDRA MEHL - « P.S. Je técris de la plage des mouettes »Née à Sète, Sandra Mehl photographie cette plage chaque été depuis 2012. Chaque promenade est comme une rencontre avec un territoire secrètement préservé, à l’écart du bruissement du monde où se retrouvent les membres d’une fratrie lagunaire perpétuant les rites d’une sociabilité populaire, à l’écart du temps. Cette série est le récit intime d’un étonnement retrouvé vis-à-vis du familier, son enfance sétoise, et d’un territoire que notre modernité urbaine et industrielle a épargné.

TOMAS MUNITA - « Bagualeros de Patagonia »
Le photographe a accompagné pendant plusieurs semaines des gauchos, ces hommes qui partent dans des territoires aux confins de la Patagonie pour traquer et rapporter du bétail retourné à l’état sauvage. Du cœur de ces paysages sauvages, Tomas Munita partage avec nous avant tout une rencontre avec ces hommes dont il a partagé le quotidien. Son travail nous laisse l’impression d’un véritable voyage dans le temps...

MICHEL ET DOMINIQUE BEUCHER - « Poétique de la nature »
Michel et Dominique Beucher, naturalistes et photographes, présentent une série de photos étonnantes pour aller à la rencontre de l’invisible et entrevoir une nature sarthoise que l’on ne soupçonne pas. Michel Beucher est taxidermiste de musée et restaurateur au Muséum d’histoire naturelle d’Angers. Il est aussi photographe et plasticien. Passionné des zones tourbeuses, il parcourt depuis longtemps les espaces naturels de la Sarthe avec son frère Dominique Beucher pour participer aux inventaires de la faune et de la flore sarthoise.

NICOLAS BOUTRUCHE - « Du voyeurisme au 1/10è »
Nicolas Boutruche, par ses créations drôles et piquantes, nous raconte des histoires, l’envers des histoires, l’envers du décor. S’inspirant du monde qui l’entoure et des gens qu’il observe, il crée ainsi des images composites dans lesquelles chaque personnage existe intensément par ce qu’il dégage mais surtout grâce au « Tout », à la composition globale, auquel il appartient.  Derrière une porte, par le trou d’une serrure, des scènes de vie attachantes et amusantes coexistent et se dévoilent à qui prend le temps de les observer.

KIM BOSKE - « Natural amagoi no taki »
Fascinée par la façon dont le caractère mouvant du temps et de l’espace déterminent notre perspective et définissent la réalité, Kim Boske concentre son œuvre sur ce système du «temps». L’artiste compose son travail en capturant et en assemblant différents fragments visuels perdus au fil du temps. En découle une superposition d’images qui révèle un phénomène impossible à voir ou à observer à l’œil nu. Kim Boske nous invite à une façon de penser et de regarder ce qui « devient » plutôt que ce qui «est». À travers ses créations, qui touchent à l’abstraction et nous évoquent la pratique impressionniste, la nature et l’art entrent en dialogue l’un avec l’autre.

LE STÉNOPÉ IMMERSIF
Le sténopé est un procédé photographique simple, qui permet de réaliser des photographies argentiques sans appareil photo. Il se base sur le principe de la camera obscura. Un tout petit trou, fait à l'aide d'une tête d'aiguille, suffit à laisser entrer la lumière dans une boîte puis de la fixer sur un support photosensible (du papier photographique). Dès la deuxième semaine de juin, et pendant tout le mois de juillet, une nouvelle silhouette va s’installer temporairement dans le parc de l’Epau. Cette structure, à taille humaine, créée par le Boucan des Arts et le collectif Clepsydre, vise, par une expérience immersive, à proposer aux visiteurs de redécouvrir la magie de l’outil photographiques et ses origines : « photos – graphein » – « l’écriture avec la lumière ». Des visites guidées, des ateliers, des temps de création et de formation seront associés à l’installation du Sténopé.
 

Image d'illustration saison photographique 2021
Image d'illustration saison photographique 2021
Image d'illustration saison photographique 2021
Image d'illustration saison photographique 2021
Image d'illustration saison photographique 2021
Image d'illustration saison photographique 2021

La Saison Photo à travers le département

Sur les grilles de l'Hôtel du Département

« Animétro » de Clarisse REBOTIER et Thomas SUBTIL
Depuis le 11 mai
Le métro parisien. Un lion se faufile en douce sous un portique. Une autruche s’apprête à picorer le crâne du conducteur. Une girafe prend une bouffée d’air frais par la fenêtre. C’est le voyage plein de poésie et d’humour dans lequel Clarisse Rebotier et Thomas Subtil nous embarquent grâce à des mises en scènes abracadabrantes et pourtant si crédibles !

« Écoute la rue » de Robert DOISNEAU
À partir du 11 septembre

Toute sa vie, Robert Doisneau a photographié la musique, toutes les musiques. La première rencontre se fait dans la rue. Il arpente avec son Rolleiflex le sud de Paris et photographie fanfares, orchestres et chanteurs de rue. Il nous offre ainsi une balade dans les quartiers populaires de la capitale, des musiciens de rue des années 1930 aux jazzmen des caves de Saint-Germain-des-Prés dans les années 1950.

Sur les grilles de l'espace Chanzy

À partir de l'été 2021
Un nouvel espace d’exposition s’ouvre en cœur de ville. L’occasion d’accompagner par la photo les travaux d’aménagements de cet espace conduit par le Département à travers une rétrospective des magnifiques séries produites autour des paysages sarthois par les Instagramers.

Sur les écluses - Du 9 juillet au 19 septembre 2021

Le voyage se poursuit sur des sites en bord de Sarthe pour inviter à la flânerie. Rendez-vous sur l’écluse de Solesmes, de Roëzé-sur-Sarthe et celle des Panches (Le Mans) pour redécouvrir le travail de trois artistes que nous avions déjà eu le plaisir de présenter lors des précédentes éditions de la saison photo.

  • Écluse de Roëzé-sur-Sarthe - « Élèves des cimes » de Alexandre SATLER
    Le photographe est parti réaliser un reportage dans le massif himalayen pour mettre en lumière les projets autour de l’éducation menée par l’ONG SolHimal. Alexandre Satler nous propose ainsi de partager sa rencontre avec les écoliers de la vallée du Langtang.

    Écluse de Roëzé-sur-Sarthe, 72210 Roëzé-sur-Sarthe

  • Écluse de Solesmes / Juigné-sur-Sarthe - « La flèche bleue » de Sébastien CONIN et Emmanuel SAUVAITRE
    Passionnés par la nature, c’est au travers leurs objectifs que ces deux photographes découvrent et partagent ses richesses. Ils nous invitent ici à la rencontre avec le martin pêcheur, cette flèche bleue que nous n’apercevons souvent que furtivement mais dont ils ont su saisir leurs couleurs et leurs comportements. 

    Écluse de Solesmes, Le Port de Juigné, 72300 Juigné-sur-Sarthe

  • Écluse des Planches au Mans - « La Sarthe, une rivière à découvrir »
    Rendez-vous sur l’écluse des Planches au Mans où un nouvel aménagement nous invitera, pour l’été, à redécouvrir la pratique fluvestre en Sarthe.

    Écluse des Planches, 72000 Le Mans
     

Image d'illustration saison photographique 2021
Image d'illustration saison photographique 2021
Image d'illustration saison photographique 2021
Image d'illustration saison photographique 2021
Image d'illustration saison photographique 2021
Image d'illustration saison photographique 2021