Manu Dibango, icône du jazz mondial et Sarthois de cœur

La musique africaine, le jazz et la Sarthe viennent de perdre un des leurs. Le Conseil départemental s’associe à la douleur des proches de Manu Dibango, décédé ce mardi 24 mars à 86 ans.
Manu Dibango en 2016 au collège de Saint-Calais (c) collège Jules Ferry

Saxophoniste de talent, star africaine, grand témoin de la francophonie, Manu Dibango est décédé mardi 24 mars à Paris, à l’âge de 86 ans, des suites du Covid-19. Cet immense ambassadeur du jazz a fait carrière sur 3 continents, notamment grâce à son titre Soul Makossa, sorti en 1972, sans jamais oublier la Sarthe, et plus particulièrement Saint-Calais, sa ville d’adoption.

C’est en 1949, à l’âge de 16 ans, qu’il arrive en pays calaisien. Il s’y familiarisera avec la culture française avant de poursuivre ses études ailleurs, et d’y apprendre le saxophone. Il sillonnera ensuite l’Europe puis l’Amérique, au cours d’une carrière de près de 60 ans ! Dans les années 80, il s’engage dans un grand projet de musique africaine où il se produit avec les plus grands musiciens du continent, comme Youssou N’Dour ou Salif Keita.

 

Le lien avec Saint-Calais, où il a gardé des amis depuis le pensionnat, ne s’est jamais rompu et Manu Dibango y a créé à la fin des années 90 le festival de jazz Soirs au village. Il donne également son nom à la MJC de la commune et, en 2016, une salle du collège Jules Ferry est renommée Salle Manu Dibango. Son premier saxophone y est exposé.

 

Dans la publication annonçant sa disparition, sa famille promet qu’« un hommage lui sera rendu dès que possible »