Hopkins, Bourges et Ricard à l’honneur à l’Abbaye Royale de l’Epau

« C’est l’humain qui ressort de ces images » sont les mots de Dominique Le Mèner qui définissent le mieux cette triple exposition photographique.
Expo Hopkins

Inaugurée il y a un peu plus d’un mois avec 7 photographes (Daniel Beltrá, Philippe Boyer, Guy Le Querrec, Virginie Nguyen Hoang, Uwe Ommer, Georges Pacheco, Boris Wilensky), la saison photographique de l’Epau lève le voile sur sa deuxième vague d’expositions. Trois nouveaux photographes (Denis Bourges, Rip Hopkins et Matthieu Ricard) sont accueillis à partir du 24 juin jusqu’au 18 septembre.

Pour sa 5e édition, la saison photographique de l’Abbaye Royale de l’Epau propose une diversité de regards sur la citoyenneté, thématique 2017-2018 de la biennale d’animations culturelles proposées par le Département de la Sarthe sur l’ensemble de son territoire.

Ces nouvelles expositions situées exclusivement en intérieurs subliment ces lieux autrefois réservés au développement de la spiritualité.

De l’Abbatiale à l’Himalaya

Le point d’orgue de cette édition est sans nul doute l’exposition de Matthieu Ricard, moine bouddhiste dont le travail se situe à cheval entre la démarche artistique et la spiritualité. L’exposition, constituée de 54 photos présentées dans l’abbatiale, offre de façon prodigieuse l’engagement d’une vie. Un engagement spirituel et humanitaire qui explore un monde de couleurs et de joies dans des paysages renversants de beautés. Visages de paix – terre de Sérénité, c’est un regard pur et serein sur l’Asie qui s’offre aux visiteurs et invite à la méditation.

(Une exposition à retrouver dans l’Abbatiale)

Sang pour sang belge

L’exposition de Rip Hopkins, intitulée Belgian Bleu Blood, est une série de portraits sur l’aristocratie belge d’aujourd’hui. Ces 96 portraits, tirés au hasard des rencontres, invitent à voyager dans un monde à part, tout en contrastes et paradoxes. L’exposition permet de revisiter l’image de cette micro société dans une série de postures décalées inspirées des grandes toiles de maître du XVIIe.

(Une exposition à retrouver dans les salles de commission)

Médecin de campagne

Comme chaque année, une exposition valorise en image l’action départementale dans des domaines aussi divers que variés. Après l’accueil et le suivi des gens du voyage ou bien les politiques d’accompagnement sociale Enfance-Familles, c’est cette année la solidarité, qui est mise à l’honneur à travers le travail de Denis Bourges.

L’exposition Médecin de campagne, tout en pudeur, revient sur la relation entre le médecin de famille et ses patients à travers ce reportage réalisé entre 2000 et 2009 dans les Côtes d’Armor. Au travers de 54 clichés, le photographe pose un regard intime sur la réalité et le devenir de ce métier en milieu rural notamment.

(Une exposition à retrouver dans les salles de commission)