Festival Bebop 2017 : c’est parti !

Pour lancer la folle quinzaine des musiques actuelles en Sarthe, l’association Bebop avait concocté un cocktail détonnant : des Ogres saltimbanques, un rockeur du Grand-Lucé et des jeunes musiciens !
Ouverture Bebop 2017

Pour le premier concert d’une longue série de soirées dédiées aux découvertes musicales, dans toute la Sarthe, le Festival Bebop donnait rendez-vous au Palais des Congrès et de la Culture du Mans pour un concert endiablé du groupe de variété française « Les Ogres de Barback ». Un coup d’envoi donné avec brio devant un public conquis. 

En prélude, rencontre entre artistes confirmés et élèves musiciens

Le Département avait invité 120 élèves des écoles de musiques de la Sarthe (La Flèche, La Ferté-Bernard et Sablé-sur-Sarthe), ainsi qu’une vingtaine de jeunes suivis par la MDPH à assister à ce premier concert du Festival Bebop. Bruno Leroy, président de l’association Bebop, expliquait à ces jeunes musiciens « Vous êtes les futurs spectateurs du festival ! ». Les élèves ont eu le privilège de rencontrer les musiciens des Ogres de Barback, qui leur ont prodigué de nombreux conseils sur la pratique des instruments, mais également leur passion pour la musique, les concerts et la rencontre avec le public. Un moment de partage et d’échanges riches !

Une première partie comme à la maison

L’un des nombreux locaux de l’étape, Lucien Chéenne, sympathique rockeur originaire du sud-Sarthe a ouvert le bal. Celui qui chante « La Sarthe, c’est mon Far-West » a fait lever le public grâce à son rock and roll aux influences sixties, ses chansons pleines d’humour et sa bonne humeur communicative. Une guitare, une mandoline et une contrebasse pour faire danser… Lucien et ses compères n’ont pas hésité à revisiter un tube des années 80 – L’amour à la plage – entre deux de ses compositions ! Le chanteur a d’ailleurs exprimé son émotion de jouer au Palais des Congrès où il avait partagé avec ses parents ses premiers coups de cœurs musicaux.

Les Ogres de Barback, famille de surdoués

Ils jouent de plusieurs instruments chacun. Depuis 23 ans. Un spectacle de la famille des Ogres, puisqu’il s’agit de deux frères et deux sœurs jumelles qui jouent ensemble depuis l’adolescence, c’est toujours un plaisir pour les oreilles et pour les yeux. Tantôt à la guitare, au violoncelle, au piano, à la trompette et bien sûr à l’ogre de barbarie, ces musiciens « de la rue, des brocantes et de la scène » ont offert un spectacle positif et engagé. Nouveaux titres, classiques indémodables, chansons pour les enfants et reprise étonnante, pendant plus de 2 heures de concert, ces fidèles du festival Bebop, ont donné le ton de cette 31ème édition, pour le plus grand bonheur de la salle chauffée à blanc !