24 Heures 2019 : Toyota et Alonso entrent dans l'Histoire

Cette 87ème édition des 24 Heures du Mans a une nouvelle fois répondu aux attentes des spectateurs. Suspense, batailles, sorties de piste, tous les ingrédients pour créer de bons souvenirs.
24 Heures 2019 : Toyota et Alonso rentrent dans l'histoire

Un spectacle unique au monde

Un homme volant, une descente en rappel depuis un hélicoptère de l'armée, le passage tricolore de la Patrouille de France, des stars et une princesse. Quel autre événement au monde que les 24 Heures du Mans réunit chaque année un tel spectacle pour les dizaines de milliers de spectateurs amassés devant la ligne de départ ? 

C'est après la cérémonie officielle en présence de Dominique Le Mèner, Président du Conseil départemental de la Sarthe, Christelle Morançais, Présidente de la Région Pays de la Loire, Tony Parker, star de la NBA nouvellement retraité et la Princesse Charlène de Monaco que la Patrouille de France est venue colorer le ciel du drapeau tricolore sous le regard émerveillé du public venu des quatre coins du monde. 15h00 sonne, les 61 voitures de l'édition 2019, après leur tour de chauffe, accélérent et entament les premiers tours d'une très longue et difficile épreuve. (62 voitures devaient prendre le départ mais la Porsche #99 Tracy Krohn, victime d’un accident mercredi, n’a pas été autorisée à prendre le départ). 

La cérémonie en images

La cérémonie en images
La cérémonie en images
La cérémonie en images
La cérémonie en images
La cérémonie en images
La cérémonie en images

Un circuit, c'est beau la nuit

Les premières heures de course sont souvent calmes. Le temps, sec et pas trop chaud, donne les conditions idéales pour se positionner dans le peloton, tester les machines et avaler des tours de pistes. Mais quand la nuit tombe, tout change. 

Les 24 Heures du Mans c'est une ambiance, une fête mais aussi une nuit. Sept heures d'obscurité qui modifient les perspectives, baissent la température, amènent de l'humidité, de la pluie et éprouvent les corps et les machines. Tout le monde le sait, la nuit laisse des marques. Féérique, angoissante, lumineuse, sombre, silencieuse ou bruyante, une nuit sur le circuit permet de découvrir toutes ces sensations. Au bord de la piste, dans les esses de la forêt, dans le village, dans les tunnels, les stands ou les campings, chaque lieu est passionnant. Une nuit sur le circuit ne s'oublie pas. 

Mais après la nuit, vient le jour et, au matin, Franz Ferdinand qui a enflammé le public lors du concert de la veille, a également marqué les traits des courageux passionnés restés dormir sur le circuit. Le réveil est difficile, frais et amer pour certains. Les fans d'Aston Martin ou de Corvette verront leurs couleurs fétiches perdre leurs chances de podium. La DragonSpeed #31 devra abandonner suite à un crash vers 7h30. Le nombre d'abandons augmente et les heures de course restantes diminuent. 

Seules quelques voitures dont les deux Toyota, en tête depuis le début de course, déroulent les kilomètres de piste sans gêne ni problèmes majeurs. 

La nuit, tout n'est pas gris

La nuit, tout n'est pas gris
La nuit, tout n'est pas gris
La nuit, tout n'est pas gris
La nuit, tout n'est pas gris
La nuit, tout n'est pas gris
La nuit, tout n'est pas gris

SuperFinale, SuperVictoire ?

À moins d'une heure de l'arrivée de cette Super Saison, tout semble joué. La Toyota #7 de Kobayashi mène la course depuis maintenant 23 heures avec plus d'un tour d'avance sur sa sœur la Toyota #8 de Fernando Alonso. Mais nous l'avons toujours répété, le vainqueur est celui qui franchit la ligne le premier. Sur le circuit du Mans rien n'est jamais écrit d'avance. Coup de théâtre, à 50 minutes de l'arrivée, une crevaison sur la Toyota #7 l'oblige à rouler au ralenti et à rentrer au stand. Nakajima accélère et vient placer la #8 en tête. 

On aime les rebondissements, les 24 Heures sont toujours un plaisir.

Le public se serre sur la ligne droite des stands, les tribunes sont bondées, les appareils photos sortis, les téléphones en l'air, tout le monde veut avoir sa photo souvenir de cette SuperFinale. Sous les applaudissements nourris, la Toyota #8 offre le doublé pour le constructeur nippon, une première depuis 2012. Mais également un événement historique car avec cette Super Saison, Alonso et Toyota sont et seront les seuls à gagner 2 fois le Mans dans la même saison. 

Doublé donc pour Toyota qui place la #8 et la #7 sur les deux plus hautes marches du podium, complété par la #11 du SMP Racing.

En LMP2, victoire de la #36 Signatech Alpine Matmut suivie de la #38 Jackie Chan DC Racing et de la #28 TDS Racing.

En LM GTE Pro, c'est la Ferrari #51 AF CORSE qui prend la première place accompagnée des Porsche du GT Team #91 et #93.

Enfin en LM GTE Am, la Porsche #56 du TEAM PROJECT 1 est victorieuse cette année devant la Ferrari #84 de JMW MOTORSPORT et la Ferrari  #62 de WeatherTech Racing.

Victoire de Toyota

Victoire de Toyota
Victoire de Toyota
Victoire de Toyota
Victoire de Toyota
Victoire de Toyota
Victoire de Toyota

Toutes nos photos des 24 Heures 2019