« 24h » : la légende en noir et blanc

Dans le cadre de sa saison photographique estivale, le Département expose le travail de Denis Lambert et Hervé Petitbon, reporters photographes au quotidien sarthois Le Maine Libre. Cette sélection de clichés pris au cours de leurs nombreuses participations aux 24 Heures du Mans est à découvrir à la gare du Mans en grand format et sur les grilles de l’Hôtel du Département. [Interview]
Exposition Lambert et Petitbon (juin 2017)

Denis Lambert et Hervé Petitbon sont des passionnés, de photographie et de sport en général. Autodidactes, ils ont tous deux fait leurs armes en tant que pigistes avant d’être embauchés au Maine Libre. Football pour l’un, pêche pour l’autre, à la fois photojournaliste et artiste, ils partagent une passion commune pour l’automobile et la mythique épreuve des 24 heures. Ils sont d’ailleurs tous les deux lauréats du concours Sarthe Endurance Photo organisé par le Département.

L’exposition « 24h » présente leur vision non seulement de la course mais aussi de la frénésie qui règne en Sarthe pendant toute la semaine qui la précède. Plaçant l’humain et l’émotion au cœur de leur travail, ils mettent leurs objectifs au service d’un évènement populaire depuis plusieurs décennies.

Inaugurée en présence de Dominique Le Mèner, président du Conseil départemental, et de Delphine Delahaye, vice-présidente de la commission Attractivité du département : Culture, Sport, Tourisme et Enseignement supérieur, l'exposition est visible jusqu'au 9 juillet.

Interview

Comment avez-vous fait votre sélection photographique ?

Denis et Hervé : On a essayé de varier entre les pilotes, l’ambiance, la piste et aussi entre les années. Ce n’est pas une galerie photos sur les voitures, c’est tout ce qui nous plaît ! Pluie, people, parade, pesage, il fallait que ça résume toute la semaine !

Pourquoi avoir choisi le noir et blanc ?

Le noir et blanc renforce le caractère de l’épreuve. Cela accentue la dramaturgie de la course, les joies, les déceptions, la concentration sur le visage des pilotes… On y tenait beaucoup ! La couleur peut distraire les yeux, là on s’intéresse à l’émotion. Cela nous a demandé un gros travail de laboratoire, notamment sur les clichés plus anciens qui pouvaient être plus sombres. C’est aussi pour cela que l’on voulait une marge blanche autour des photos, pour accentuer le contraste.

C’est un pari réussi !

C’est vrai qu’on est super heureux, le résultat est surprenant. Les grands formats affichés à la gare sont impressionnants. C’est une reconnaissance de notre travail et on remercie le Conseil départemental et ceux qui ont travaillé avec nous pour monter cette exposition. L’exposition sur les grilles de l’Hôtel du Département est un évènement de plus dans les festivités qui animent le cœur de ville avec le pesage et la parade. Quant à la gare, c’est super de se plonger dans l’ambiance de la course dès que l’on arrive en Sarthe.

Quel est votre souvenir le plus marquant des 24 heures ?

Denis : Sans hésiter 2011 ! Le premier accident qui s'est produit pendant la première heure de course. L'Ecossais Allan McNish, vainqueur en 1998 sur Porsche et en 2008 sur Audi, était en deuxième position lorsqu'il a accroché la Ferrari n°58 du Français Anthony Beltoise, en voulant la dépasser. La R18 de McNish est alors propulsée à haute vitesse dans le bac à gravier situé dans la descente du Dunlop. Quand t’as ça dans le viseur, que t’es tout seul à l’avoir, qu’il n’y a pas de mort ou de blessés, tu te rends compte que tu vis un moment exceptionnel.

Hervé : Choisir un seul moment c’est difficile ! Moi ce que je préfère c’est le départ. Tu attends ça toute la semaine. La tension monte tout au long de la journée et à 15 heures c’est parti pour toute la journée et toute la nuit.

Les 24 heures, un paradis pour les photographes sportifs ?

Hervé : La beauté de cette course c’est qu’à peine finie, on rentre déjà dans la légende. On immortalise des choses uniques.

Denis : Et la météo aussi ! Quand le temps change, c’est là que l’on fait les meilleures photos ! S’il ne faisait que beau ça n’aurait aucun intérêt. Mais avec la pluie, le soleil, les différentes heures du jour et de la nuit, la lumière change tout le temps et cela peut donner de très belles photos.

Le cliché à ne pas rater cette année ?

La Toyota qui doublerait la Porsche sur la ligne arrivée ! (rires) Le scénario inverse de ce que l’on a vécu l’année dernière… Et surtout être tout seul à l’avoir ! Le tout c’est d’être présents quand la course bascule.

Exposition 24 H – Denis Lambert & Hervé Petitbon

Du 1er juin au 9 juillet

Hôtel du Département et Gare SNCF du Mans

 

Exposition Lambert et Petitbon (juin 2017)

 

Exposition Lambert et Petitbon (juin 2017)