Un laboratoire technologique

Pneus, phares, essuie-glaces, freins à disques, climatisation... Le circuit des 24 Heures est un laboratoire à ciel ouvert, un laboratoire de l'extrême, temple des essais de fiabilité et des innovations. Quand une marque s'engage au Mans, c'est pour proposer à ses clients dans les années qui suivent des évolutions remarquables.
essai1_stands09.jpg

Si une voiture termine les 24 Heures du Mans, sa fiabilité n’est alors plus à prouver. C’est ce principe qui a conduit à la création de la plus grande course d’endurance du monde. Il s’agit de pousser les concurrents sportifs et les constructeurs vers une préparation toujours plus minutieuse des modèles commercialisés, et, pour ce faire, accroître les difficultés en augmentant la durée des courses.

Ainsi, les innovations développées durant 90 ans au Mans se sont progressivement retrouvées dans la voiture de monsieur Tout-le-monde.

L'aérodynamique avec Bugatti, Cadillac et Porsche, les freins à disque avec la Jaguar Type-C en 1953, les turbocompresseurs, les phares, les essuie-glaces, les phares à iode, puis à led… Le Mans est le banc d’essai de la voiture moderne, jusqu’à consacrer Audi en 2006 avec la première victoire d’un moteur diesel puis d’un moteur hybride.

La course vit aussi avec son temps, marqué aujourd’hui par la recherche de la performance optimale tout en réduisant toujours la consommation d’énergie voire en utilisant d'autres sources d'énergie.

La tradition veut que chaque année, un stand "laboratoire" permette à une écurie de tester "grandeur nature" un prototype, qu'il soit révolutionnaire dans son fonctionnement ou pour son aérodynamique.

Les 24 Heures du Mans, laboratoire d'innovations